Années 1990

Sortir la sexualité de la seule médecine et du concept global de la santé, c’est l’identifier finement, c’est lui conférer sa juste place aux confins de l’intime indicible et de l’analyse culturelle et épidémiologique, c’est l’articuler entre deux nouveaux pôles croissants les facilités et les difficultés de la sexualité contemporaine, dont le culte du corps parfait, de la performance du paraître et de l’excellence érotique, ne sont pas les moindres.

Dès les années 1990, le SEHP a travaillé sur la base des axes suivants:

Apporter une réponse aux souffrances et aux solitudes de tant de personnes vivant avec un handicap au sujet de leur vie affective, intime et sexuelle. Constituer une plateforme d’échanges et de ressources pour et par des personnes concernées. Tisser un réseau de recherches, de programmes de formation et de sensibilisations médiatiques.

L’association suisse SEHP est née suite au 1er Congrès suisse sur la Sexualité et le Handicap Physique tenu à Genève en 1986, double retombée dynamique de l’Année Internationale du Handicap en 1981.

L’association suisse SEHP , intitulée au départ Groupe inter-associations « Sexualité et Handicap Physique, était composée de représentant-e-s impliqué-e-s professionnellement et/ou personnellement  dans les associations concernées.

L’association PRO INFIRMIS Suisse, dont plus particulièrement la section genevoise a joué un rôle majeur de soutien, tout au long du développement des activités du SEHP et aujourd’hui encore.

Puis, ce groupe inter-associations, de « SEHP suisse » est devenu association SExualité et Handicaps Pluriels, s’ouvrant progressivement plus largement à tous les handicaps, étant donné aussi que certaines personnes présentaient plusieurs handicaps, y compris mentaux et/ou psychiques, ainsi que des maladies dégénératives.

Les membres de l’association ont mûri leur action, sans cesser d’analyser les raisons du silence social ni d’inventer des moyens pour le rompre.

Sensibiliser et former largement les personnes directement concernées et leur entourage familial et professionnel, voire toute la société. Créer des outils et les diffuser, tel qu’un diaporama didactique, intitulé «Amour pas K.O.», artistique et réaliste, conçu totalement dans les années 90 par des personnes en situation de handicap.

Faire de la publicité en développant les relations publiques. Evaluer les outils et conduire des recherches-actions. Promouvoir une réponse concrète parmi d’autres, en conceptualisant et en assurant la mise sur pied de la première formation de langue française en assistance sexuelle. 6 femmes et 6 hommes ont été certifié-e-s et sont supervisé-e-s dans leurs pratiques. (voir plus loin).

Initier diverses enquêtes dans les institutions et les milieux satellites, auprès des personnes concernées, auprès des professionnel-le-s, dont des médecins. Ce qui avait donné un tableau parlant des manques à combler : si 43 % des 96 institutions contactées avaient répondu au questionnaire, 20% des 250 médecins choisis en Suisse romande en firent de même. La proportion des personnes handicapées demeurerait faible dans leur clientèle, disaient-ils. Le 16% de ceux qui avaient répondu s’estimaient fréquemment sollicités (des neurologues le plus souvent), 43% rarement sollicités, et 41% jamais. Les obstacles invoqués. Communication difficile 50 %, La sexualité serait considérée comme secondaire par les patients 23% Elle peut être abordée ailleurs 16%. Ces praticiens reconnaissaient que la personne handicapée initie deux fois plus souvent le sujet de la sexualité que ne le fait le médecin, lequel préfère informer via des écrits.

Une raison fondamentale légitimerait cette discrète retenue : la relation thérapeute-patient possède une dimension symboliquement parentale, où il est sain de garder une certain distance verbale et physique face à l’intimité sexuelle. Ceci vaut également pour tout autre professionnel de l’accompagnement au quotidien.

Publications

Créer du matériel «Vivre aussi ma sexualité» no 1(1996) contient 4 axes: inventer, accompagner, faciliter et savoir, destinée à un large public.

«Vivre aussi ma sexualité» no 2 – guide pratique (1999) décrit le processus de la quête amoureuse et sexuelle, de la tendresse à l’érotisme, avec des informations relationnelles, sexologiques et préventives, au sens le plus large et le plus respectueux possible de toutes les différences vécues au niveau de l’identité et des expressions de la sexualité de chacun.

Elles sont toutes les deux téléchargeables gratuitement sur le site,
mais épuisées en format papier.

Formations

Diriger des formations spécifiques comprenant l’analyse des tabous, des représentations socio-culturelles de la sexualité et du handicap, des résonances individuelles, du rôle du tiers et enfin la construction de la force sécurisante d’un bon partenariat.

Ces thèmes sont développés dans le programme spécifique «Du corps au coeur» (référence 3) qui comporte 3 niveaux d’approfondissements. Ces formations sont destinées aux professionnel-le-s de l’éducation et des soins, de l’enseignement spécialisé, aux thérapeutes, aux maîtres d’ateliers protégés, aux directeur-trice-s.

Ces formations se sont développées, aussi bien en Suisse Romande, qu’en France et en Belgique, et aussi dans une moindre mesure, soit très ponctuellement, en Italie, en Albanie et en Inde.

Proposer des analyses de pratique et supervisions d’équipes composées d’éducateur-trice-s soignant-e-s, thérapeutes, maîtres d’ateliers, etc….

Mettre sur pied des rencontres avec des parents pour les plus jeunes, des rencontres avec des classes d’adolescent-e-s concerné-e-s et ouvrir des espaces de paroles organisés à l’intérieur ou hors des structures d’accueil pour adultes vivant avec un handicap.

Conduire des suivis individuels ou de couples pour de jeunes adultes et adultes et (très rarement) personnes plus âgées dépendantes.

Assurer une répondance interactive par le biais du Site du SEHP

Nous collaborons, entre autres avec :

Centres de Formation Professionnelle, Facultés Universitaires, Ecoles de Soins Infirmiers, HES de Suisse Romande (Hautes Ecoles Sociales), Ecoles de Pédagogie Curative, etc…

Associations faîtières telles que, entre autres, INSIEME, PROCAP, PRO INFIRMIS, INSOS, CEREBRAL, l’Association Suisse des Infirmières, etc…

Associations spécifiques à tel ou tel handicap (y compris les polyhandicaps) telles que l’ASRIM, la SEP, l’Association Suisse des Paralysés, FRAGILE, ART21, CHA(France), etc…

Centres de Planning Familial en Suisse Romande et au Tessin

Pour ce qui est des maltraitances, une représentation de notre Association était présente pendant deux ans auprès d’une Commission du Conseil de l’Europe à Strasbourg

La première formation en assistance sexuelle de langue francophone

Rassembler les conditions cognitives et pratiques nécessaires aux futur-e-s assistant-e-s sexuel-le-s et garantir tout au long du processus de formation une réflexion éthique d’importance, relevait d’un exercice novateur, complexe et interpellant (référence 2).

De juin 2008 à juin 2009

6 femmes et 6 hommes suivirent la première formation francophone en assistance sexuelle, sous l’égide de l’association suisse SEHP (SExualité et Handicaps Pluriels).

Le processus dans sa globalité comprenait une sélection rigoureuse des personnes intéressées, une formation spécifique sur une année (18 jours en cours d’emploi, dont 2 sessions en résidence, soit un total de 300h) aboutissant à une certification, et enfin une supervision à laquelle le groupe est tenu de se conformer.

Former dans ce domaine délicat, c’est porter l’assistance sexuelle au grand jour, la doter de connaissances et de reconnaissance, la cadrer pour mieux la libérer…  Et lui donner à se déployer là où elle est tant attendue.

La valeur du concept de l’assistance sexuelle, préconisée par le SEHP consiste en l’adaptation des réponses apportées à des besoins sensuels et sexuels en tenant compte de l’originalité de chaque situation. Davantage qu’un catalogue de prestations définies, il s’agit de proposer un accompagnement en phase avec les émotions et les attentes sensorielles et érotiques des bénéficiaires qui les souhaitent.

Le cadre éthique qui sous-tend cette approche est traversé par les notions de respect réciproque (bénéficiaires/prestataires), la prise de conscience du rôle subtil des tiers dans la mise en place de ces prestations, et le respect absolu de l’intimité du moment partagé.

Les objectifs de l’assistance sexuelle sont liés aux valeurs humanistes et individuelles actuelles d’autonomisation. Ces soins érotiques font corps avec les normes de qualité de vie et d’intégration de la personne en situation-s de handicap-s.

Pour acquérir et entraîner ces compétences particulières une formation est indispensable afin de comprendre en profondeur ces situations profondément humaines et mettre du sens sur ces gestes d’accompagnement érotique.

Les relations publiques

En plus de ce qui précède, nous tentons de toucher les médias audio-visuels, la grande presse et la presse spécialisée.

Nous intervenons lors de congrès suisses et internationaux.

Lorsque des personnes concernées par le handicap physique dans les autres pays francophones, et latins aussi, entendaient parler des activités du SEHP, le vide encore apparent d’un semblableorganisme dans leur pays encourageait progressivement à multiplier des liens.

Mais récemment, des démarches importantes changent la donne en France, via CH(S)OSE, et bientôt en Belgique. Pour le Comité, Mme Françoise Vatré, co-fondatrice en 1990. Revisité par Mme Catherine Agthe Diserens (présidente) et Mme Françoise Vatré en janvier 2011

Références:

«Accompagnement érotique et handicaps: au désir des corps, réponses sensuelles et sexuelles avec cœur»
Auteurs: Catherine Agthe Diserens, Françoise Vatré. Ed. Chronique aSociale, Lyon, 2006

«Au risque du désir»
dossier cordonné par Catherine Agthe Diserens et Yves Jeanne, Revue RELIANCE no29, Ed. ERES, Toulouse, septembre 2008

«Du Coeur au Corps»
Programme de sexo-pédagogie spécialisée à l’intention des professionnel-le-s et parents
Auteurs: Catherine Agthe Diserens et Françoise Vatré, Suisse Janvier 2011 Prix Suisse 2001 de la Société Suisse de Pédagogie Curative des personnes en situation de handicap.

Share This