Remonter

Prise de position

Prise de Position SEHP

Interpellation des politiques en vue d’obtenir une motion lors des prochaines sessions du parlement (2 au 19 juin)

le texte : https://www.parlament.ch/fr/ratsbetrieb/suche-curia-vista/geschaeft?AffairId=20203550

L’interpellation est restée sans suite

Décembre 2020, un courriel est envoyé aux élu-e-s  du Conseil des Etats et du National confirmant sa position :

L’association SEHP (sexualité et handicaps pluriels) via divers témoignages de
personnes institutionnalisées ainsi qu’à la suite de plusieurs situations dramatiques en institutions socioéducatives (mises en danger de la santé mentale et psychoaffective) dues aux mesures prises dans le cadre de la pandémie de la
Covid19 demande que l’évaluation des risques, pour toute pandémie, soit réglée par des critères fixés à l’avance et non plus par des décisions prises après coup, souvent liées individuellement à l’institution et/ou au canton, et donc malheureusement souvent arbitraires.
L’association SEHP (sexualité et handicaps pluriels) demande que les points suivants soient considérés comme des points fondamentaux des droits de l’être humain et plus spécifiquement de ses droits sexuels :

1. pouvoir rencontrer la personne de son choix, dans l’optique d’une prise de risque réduite au minimum possible (par ex. : masque ou plexiglas ou, contact si la personne comprend les consignes d’hygiène), en institution ou à domicile.

De plus, les droits sexuels doivent être respectés, dans toute la mesure du possible.

2. si dans un premier temps (gravité extrême de la pandémie), et au maximum après une semaine, il n’est pas possible de respecter le point 1, cet accès à la personne de son choix doit être garanti au minimum au moyen de techniques numériques (audio/vidéoconférence) et les institutions sont tenues de mettre en œuvre toute l’aide matérielle, technique et humaine nécessaire pour que ce contact soit possible.

3. Dans tous les cas, il doit exister une instance neutre ; accessible aux résidents et, supérieure aux institutions. Cette instance doit être juridiquement et légalement en mesure de défendre le droit des personnes, dans toute décision impliquant une limitation des libertés fondamentales des personnes fragiles. Et, de faire respecter les libertés fondamentales, y compris sexuelles, dans toute la mesure du possible.
Cette instance doit être prévue par la loi et être en état de fonctionner en tout
temps. Elle doit entrer en fonction automatiquement et immédiatement, dès la mise en œuvre d’un plan pandémie.

Dessin au trait d'un ancien téléphone Dessin au trait d'une enveloppe symbolisant un email

Contactez-nous

Si vous avez une question sur notre association, n’hésitez pas à nous contacter.

Votre nom* :

Votre prénom* :

Votre email* :

Vous êtes*… :

Description* :